« Faites bien avec rien, faites mieux avec peu, mais pour Kino, faites le maintenant ! »
Jéricho Jeudy, co-fondateur du mouvement Kino, 1999

L’Association Kino Session

C’est en 2005 que Kino Session, la cellule bordelaise, naît sous l’impulsion de son premier président, Joan Vigouroux. Librement inspiré du concept Kino, Kino Session propose au plus grand nombre de :

  • réaliser un court métrage de cinq minutes maximum
  • respecter un thème et une contrainte votés par le public
  • rendre son court métrage dans un délai de deux mois.

L’ensemble des productions est alors diffusé lors d’une soirée appelée Session, qui se déroule hors des murs du cinéma, sans compétition ni censure. Le public, présent à cette occasion, participe à sa manière en votant le thème et la contrainte de la session suivante.

En quatorze saisons, Kino Session a accompagné la création de plus de 1500 courts-métrages et accueilli plus de 25 000 spectateurs à l’occasion de ses différentes projections ! Son énergie et sa volonté de créer ont notamment débouché sur l’organisation des premières Rencontres Internationales Kino à Bordeaux en Octobre 2012 (devenues depuis le Kino Kabaret International de Bordeaux).

Si l’organisation de Sessions et d’un Kabaret reste le cœur des activités de Kino Session, l’association a su depuis 15 ans diversifier ses activités, en ayant toujours à cœur de rendre la création audiovisuelle accessible à toutes et à tous. La Fête du court-métrage, les KinoSchools, les ateliers ou les plateaux de tournage sont des rendez-vous permettant de fédérer les Kinoïtes et le grand public autour du court-métrage.

Aujourd’hui, Floriane Rivery préside l’association depuis Janvier 2019. Elle fait suite à Jean-Baptiste Guignot (2016-2019), Thierry Morel (2013-2016), Brice Perrochon (2009-2012) et son fondateur, Joan Vigouroux (2005-2008).

0

films créés

0

spectateurs depuis 2005

0

d'existence

0

« actions ! » entendus

Envie de rejoindre l'association ? On recrute !

Le Concept

C’est en 1999, chez nos amis québécois de Montréal,
que le concept Kino voit le jour.

Imaginez le cadre… à l’aube d’une fin du monde annoncée pour le 31 décembre, des amis se lancent un pari tout aussi saugrenu que la chute d’une célèbre station spatiale dans le Gers : produire un court-métrage chaque mois en attendant l’an 2000 et la fin du monde…

L’an 2000 passe et comme chacun le sait, point de catastrophe… Tout le monde est encore en vie, et l’envie de faire des films ne tarit pas ! Près de 200 films plus tard, Kino00 lançait le mouvement KINO !

En 2001, Kino00 organise son premier Kabaret, rendez-vous conçu comme un laboratoire ponctuel de création où se retrouvent spontanément cinéastes, comédiens, musiciens et autres artisans du cinéma. Des Kinoïtes de Montréal et Québec reprennent la formule l’été suivant lors d’une tournée européenne. Progressivement, l’esprit Kino s’installe dans le monde entier à Hambourg, Sydney, Londres, Bruxelles, Vienne etc… Partout l’engouement pour la formule Kino se fait sentir !

Il existe aujourd’hui plus de 60 cellules dans 14 pays sur 4 continents. Aujourd’hui le mot Kino évoque dans le monde entier la production indépendante et libre. Les cellules Kino rassemblent des artistes de tous horizons qui croient que la pertinence d’une œuvre cinématographique ne se chiffre pas seulement au montant de son budget de production.

Et pour rappeler qu’il n’est nul besoin de grands moyens pour faire des courts-métrages de qualité, une devise s’est installée, transformée en cri de ralliement pour tous les kinoïtes du monde entier :

Faites bien avec rien, faites mieux avec peu, mais pour Kino, faites-le maintenant !

Jericho Jeudy & Christian Laurence, fondateurs du mouvement Kino.

Quelques liens utiles :

À l’occasion des 15 ans du mouvement en 2014, la cellule-mère Kino00, devenue depuis Kino Montréal, a réalisé cette vidéo, qui revient aux origines de la création de Kino.